Safecasting “Les Bois Noirs”

La version française de cet article est en deuxième partie de page

Like nearly every summer, our family visits France in July, sometimes stopping along the way. This year, we were staying for about 10 days in the center of France, and took this opportunity to visit a site called “Les Bois Noirs Limouzat”, a former uranium mine that was in activity from 1955 to about 1980.

Despite being officially fully cleaned up since 1982, this site has been the subject of a lot of controversy in the local community. Following the non-partisan approach of Safecast, we decided to go there and simply collect readings and publish them, so that we could add this to the global Safecast dataset.

“Les Bois Noirs” is actually a beautiful location, in the middle of a low altitude mountain range in the center of France, nestled amongst a forest of pine trees, and far away from any large urban center. The closest village to the mine is called “St-Priest-La-Prugne”, with a population under 500 inhabitants.

A view on the containment lake from the south side of the site.

The site itself is remarkably nondescript: a small artificial lake with a dam on one end, and old rusted fence, torn down in places, and a simple “Private Property, no trespassing” sign, with a side note on “uranium storage”. Certainly no mention of radiation or any potential danger, which makes sense since the site is officially cleaned up.

The main entrance to the “Bois Noirs” site.

This site being a former uranium mine, we expected elevated readings on that drive. The region’s radiation background is actually slightly elevated because of composition of the rock layer – which probably explains why uranium was discovered and mined there.

The drive around the mine site looks like this – click on the picture to be taken to the actual interactive map:

Drive around the site

Once on site readings were indeed higher than usual, as can be seen on the picture below, with the bGeigie connected to Safecast:Drive:

Ambient reading of 139CPM at about 1.5m high.

There were a couple of things we really didn’t expect though:

As can be seen on the map, readings are elevated around the site entrance. This is explained by the fact most of the material used to build the dam itself came to a large extent from the mine’s uranium tailings (“Stériles” in French). The consequences are twofold: the radiation background is noticeably higher than natural background, and a lot of “hotspots” can be found on the ground pretty much everywhere around this location, because those rocks, while their actual uranium content is now low, still retain up to 85% of their radioactivity in the form of uranium decay products – Thorium and others.

We collected two rock samples for further analysis and found that at a couple of inches distance, they showed very high readings on the 2 inch pancake tube of a Medcom Inspector BLE – identical from a detector perspective to the bGeigie Nano. Even through 5mm acrylic (a good Alpha + Beta shield), they still showed above 500CPM at 10 inches.

Rock sample #1

Rock sample #2

Reading of 23’000 CPM on rock sample #2 at about 5 inches.

While this 23kCPM reading was the highest we read, ground readings were easily over 2000 CPM (6 µSv/h reading on the 2 inch tube, not energy compensated) in many locations.

Ground reading on Inspector BLE

In other words, you should definitely avoid keeping those rocks in your trouser pockets for extended durations of time… The site itself can be fairly windy at times, and the dust blown from the dam is far from insignificant, which can lead to concerns about inhalation.

Since this site is located deep in a forest with little surrounding population, is there any actual exposure concern? This leads us to our next finding: how popular is this site, and what do people do over there?

We visited “Les Bois Noirs” twice, once on July 10th between rainstorms, and once on July 14th (a French national holiday) in much better weather to take aerial pictures and dispose of the samples we took on site after studying them.

On the first visit, we were alone. The weather was terrible – there were flash floods in surrounding areas on the same day – and we dodged showers while we were there. We didn’t see anyone on that day.

On the second visit, which was on a national holiday, we stayed for one hour and met with 12 people who stopped over during that time:

  • Two dirt bikers who stopped at the entrance next to a half-open secondary gate and turned around after noticing our presence.
  • Several locals with whom we chatted a bit and told us this was a popular location for quick stops – people are intrigued by the site, and apparently frequently check it out on weekends or when they have visitors.
  • A family of four stopped by, including a pregnant woman who got a bit worried after being told about the former use of the site, especially since a lot of dust was blowing from the dam at that moment – it was a windy day.
  • More worryingly, a group of six youth who engaged in conversation with us, and after being told this was an old uranium mine replied “uh, ok, we should definitely look for another location to swim then”. They confirmed they occasionally jumped the fence to explore.

This behavior is understandable: the site itself is fairly unkept: the surrounding fence is torn down in places and shows signs of recent passage since it is very easy to cross. As can be seen on the aerial picture below, the site itself is pretty. It is unfortunate the lake is only about 6 feet deep and is designed as a cover for most of the fine and fairly radioactive mine tailings amounting to about 74TBq altogether

The containment lake and dam on the left.

We left the site with mixed feelings: happy we were able to contribute to public knowledge about those abandoned industrial mines, but also worried about the apparent lack of awareness of at least some locals, due in part to the lack of clear signing and proper maintenance on the perimeter fence.

There are a few positive signs though: between our first and our second visit, new signs had been posted on the main gate, telling about a new impact study that had just been funded. This is apparently a great victory for local activists who have been fighting for this study to be realized for many years.

New impact study posted on main gate

Coincidentally – or not ? – , “Le Monde”, a major French newspaper, published an article on this site in early August 2017, which will no doubt contribute to raise public awareness.

By publishing our independent readings on the Safecast dataset, we hope that we have also contributed in a small way to raise the profile of these waste sites and provide an ever clearer picture of what our world looks like from a radiation standpoint. We are looking forward to visiting other sites on other occasions.

About the author

Edouard Lafargue is a Safecast volunteer. He is the author of Safecast:Drive, the bGeigie Android app, and current maintainer of the Onyx open source Geiger counter firmware.

Ed works in Tech in Silicon Valley, California. He is the founder of Wizkers.io and regularly advises actors in the radiation detection industry and NGOs.


Version française

Comme presque chaque été, notre famille vient en France en Juillet,
et nous nous arrêtons parfois en chemin. Cette année, nous avons passé une dixaine de jours dans la région de la Loire, et nous en avons profité pour visiter un site appelé “Les Bois Noirs Limouzat”, une ancienne mine d’uranium en activité de 1955 à environ 1980.

Bien que officiellement décontaminé depuis 1982, ce site a été l’objet de beaucoup de controverses dans la communauté locale. Suivant l’approche non partisane de Safecast, nous avons décidé de visiter et simplement collecter des mesures et de les publier, afin de les ajouter à la base de données globale de Safecast.

“Les Bois Noirs” sont un très bel endroit, situé au coeur d’un massif de basse altitude, au milieu d’une forêt de pins, et loin de tout centre urbain. Le village le plus proche est “Saint-Priest-La-Prugne”; il a une population de moins de 500 habitants.

Une vue du bassin de stockage depuis le sud du site.

Le site lui-même n’est pas particulièrement remarquable: un petit lac artificiel délimité par une digue d’un côté, une ancienne clôture rouillée et un simple panneau “Propriété privée, défense d’entrer” avec une petite note mentionnant un stockage d’uranium. Et en tout cas aucune mention de radiations ou autre danger, ce qui semble normal étant donné que le site est officiellement décontaminé.

L’entrée principale du site.

Le site étant une ancienne mine d’uranium, nous nous attendions à des mesures plus élevés que d’habitude. Le niveau de rayonnement de fond de la région est d’ailleurs plus élevé que la moyenne à cause de la composition du sol.Cela explique probablement la découverte et l’exploitation d’uranium à cet endroit.

L’ensemble des relevés de cette journée est disponible sur cette carte (cliquez sur l’image pour une carte interactive)

La carte des relevés

Une fois sur site, les relevés étaient effectivement plus élevés qu’habituellement, comme le montre l’image ci-dessous, avec un bGeigie connecté à Safecast:Drive :

Mesure de 139CPM à 1.5m de hauteur.

Nous avons en revanche découvert quelques éléments auxquels nous ne nous attendions pas:

Comme on peut le voir sur la carte, les mesures sont élevées aux abords de l’entrée du site. Ceci peut être expliqué par le fait qu’une grande partie des matériaux de construction de la digue provient des “Stériles” de la mine.

Les conséquences sont doubles: le rayonnement de fond autour du site est plus élevé que naturellement, et beaucoup de “points chauds” sont présents un peu partout sur le site, parce que ces stériles, bien qu’appauvris en uranium, peuvent conserver jusqu’à 85% de leur radioactivité sous forme des produits de la décomposition de l’uranium – Thorium et autres.

Nous avons récupéré des échantillons pour analyse et avons trouvé qu’à une dizaine de centimètres de distance, le détecteur “pancake” d’un Medcom Inspector BLE – identique à celui d’un bGeigie Nano – mesurait un niveau élevé de radiation. Même à travers 5mm d’acrylique (un bon isolant pour les rayonnement alpha et beta), les échantillons mesuraient à plus de 500CPM à 25cm.

Echantillon #1

Echantillon #2

Mesure de of 23’000 CPM sur l’échantillon #2 à 10cm.

Bien que cette mesure de 23kCPM ait été la plus haute que nous ayons détecté, beaucoup de relevés au sol étaient au dessus de 2000CPM (lecture de 6µSv/h sur l’Inspector, tube pancake non compensé en énergie).

Relevéa au sol sur un Inspector BLE

En d’autres termes, il faudrait clairement éviter de garder ces cailloux dans la poche d’un pantalon pendant trop longtemps… Le site lui-même peut, d’autre part, être assez venteux et la poussière soulevée sur la digue n’est pas négligeable, et on peut se poser des questions sur le danger d’inhalation.

Le site étant localisé au milieu d’une forêt dans une zone peu peuplée, y a-t-il un réel soucis lié à l’exposition?
Ceci nous conduit à notre seconde découverte: ce site est apparemment populaire:

Nous avons visité “Les Bois Noirs” deux fois, une fois le 10 juillet au cours d’un épisode orageux, et une fois le 14 juillet par un temps bien meilleur, afin de prendre des photos aériennes et nous débarrasser des échantillons préalablement étudiés.

Lors de la première visite, nous étions seuls par un très mauvais temps – des inondations ont eu lieu aux alentours pendant cette journée.

Lors de la seconde visite, nous sommes restés pendant une heure et nous avons vu 12 personnes passer sur le site.

  • Deux moto cross qui se sont arrêtées devant une porte secondaire entrouverte, et ont fait demi-tour après nous avoir remarqués.
  • Plusieurs locaux avec qui nous avons discuté qui ont confirmé la popularité du site: les habitants de la région sont intrigués par ce lac et y passent de temps en temps le week-end ou quand ils ont des visiteurs.
  • Une famille de quatre personnes, y compris une femme enceinte qui s’inquiétait un peu après avoir été informée de l’utilisation antérieure du site, d’autant plus que beaucoup de poussière soufflait de la digue à ce moment-là, la journée étant venteuse.
  • Plus inquiétant, un groupe de six jeunes qui, après que nous les ayons informés de l’ancienne utilisation du site, nous ont répondu “oh… bon hé bien nous devrions chercher un autre endroit pour aller nager”. Ils nous ont confirmé qu’ils avaient déjà sauté la barrière pour explorer le site

Ce comportement est compréhensible: le site lui-même est mal entretenu: la clôture est éventrée par endroits et présente des signes de passage récent. Comme on peut le voir sur la photo aérienne ci-dessous, le site est assez joli. Il est simplement regrettable que le lac ne soit qu’une “lame d’eau” de 2 mètres de profondeur recouvrant des sables et boues radioactifs contenant 74TBq de radioactivité

Le lac de retenue et la digue.

Nous avons quitté le site avec des sentiments mitigés: heureux d’avoir pu contribuer à faire connaître au public l’existence de ces mines abandonnées, mais inquiets du manque apparent de connaissance d’une partie de la population locate, à cause en partie du signalement imprécis et du mauvais entretien du site.

Il y a quelques signes positifs, cependant: entre notre première et seconde visites, de nouveaux panneaux avaient été affichés à l’entrée, indiquant la décision d’effectuer une étude d’impact. Il s’agit d’une victoire pour les associations locales qui se battent pour qu’une telle étude soit réalisée depuis des années.

Annonce d’une étude d’impact sur la barrière d’entrée

Par un hasard heureux, Le Monde a publié un article sur ce meme site début aout 2017, ce qui contribuera sans nul doute à augmenter la connaissance du public.

En publiant nos mesures de manière indépendantes sur la base de Safecast, nous espérons avoir également contribué à la connaissance de ces sites de déchets, et aider à créer une image un peu plus claire de ce à quoi notre monde ressemble du point de vue des radiations. Nous espérons avoir l’occasion de visiter d’autres sites similaires à l’avenir.

A propos de l’auteur

Edouard Lafargue est bénévole pour Safecast. Il est l’auteur de Safecast:Drive, l’app Android du bGeigie Nano, et le développeur actuel du firmware du compteur Geiger open source Onyx.

Ed travaille dans le high-tech dans la Silicon Valley, en Californie. Il est le fondateur de Wizkers.io et conseille régulièrement des acteurs dans le domaine de l’industrie de la détection des rayonnements et des ONGs.